Vous souhaitez également économiser sur le coût total de votre prêt immobilier ?
Depuis quelques années, le rachat de prêt immobilier est devenu un allié de poids dans la lutte pour la hausse de votre pouvoir d’achat. En effet, renégocier votre prêt immobilier peut vous faire économiser jusqu’à plusieurs dizaines de milliers d’euros sur le coût total de votre emprunt. Encore faut-il vous y prendre au bon moment.

Calculez votre nouvelle mensualité !

 

(BFM Bourse) – Le groupe de distribution, qui a subi une perte nette de plus de 1,4 milliard d’euros en 2019, suspend ses objectifs financiers pour l’exercice 2020 et au-delà en raison de la pandémie. Le titre de casino limite cependant la percée, tandis que le secteur est quelque peu épargné par la chute.

« Dans un environnement macroéconomique aussi incertain qu’aujourd’hui, nous ne formulons plus de perspectives financières », a déclaré le directeur financier du groupe David Lubek lors d’une conférence financière en marge de la publication des comptes annuels de Casino. . Après avoir enregistré une perte nette de 1,43 milliard d’euros en 2019 (contre -117 millions en 2018), le groupe a annoncé jeudi devant le marché qu’il avait suspendu ses objectifs financiers 2020 en raison de la pandémie de coronavirus . Le directeur financier du groupe a toutefois ajouté que le Casino « reste attaché aux mêmes objectifs », faisant allusion à ses engagements de coûts et de capital.

Vers 10h40, le titre a perdu 4,39% à 32,92 €, mais il faut noter qu’en un mois, le casino n’a perdu que 6,3%, dépassant largement la moyenne du marché, le secteur de la grande distribution étant celui qui abandonne depuis l’accident depuis fin février le meilleur.

Le groupe français dirigé par Jean-Charles Naouri a réalisé un chiffre d’affaires de 34,6 milliards d’euros l’an dernier (+ 4,2% à taux de change constant par rapport à l’année précédente, du fait de l’hyperinflation notamment au Brésil, + 0,3% en France) et un résultat opérationnel de près de 1,3 milliard d’euros (-3,1% à taux de change constant). Le « bénéfice net normalisé attribuable au groupe » a baissé de 35,4% à 212 millions d’euros en raison « d’une baisse du résultat opérationnel courant au Brésil due à l’absence de crédits d’impôt », indique le communiqué.

La perte nette de 1,43 milliard d’euros correspond à la somme des pertes nettes des activités abandonnées (-1,04 milliard contre -57 millions en 2018, « principalement en raison de pertes de valeur sur goodwill ») et de la perte nette des activités poursuivies (-384 millions contre -60 millions en 2018, « notamment en raison de l’augmentation des coûts exceptionnels liés au plan de cession »).

À cet égard, le Casino a annoncé la vente de 567 magasins Leader Price en France vendredi dernier, ainsi que trois entrepôts à son concurrent allemand Aldi pour 735 millions d’euros, «ce qui porte le montant des ventes signées dans le cadre des plans de cession d’actifs non stratégiques à 2,8 milliards d’euros. en juin 2018, dont 1,8 milliard d’euros déjà encaissés, a précisé le groupe.

«La vente Leader Price complète le plan Rocade (qui visait spécifiquement à vendre 20 hypermarchés déficitaires, NDLR) lancé fin 2018. Le groupe a vendu 17 hypermarchés et 14 supermarchés intégrés et fermé 4 supermarchés intégrés à perte. Hors Leader Price «L’impact sur le chiffre d’affaires est de -500 millions d’euros sur l’année, en partie compensé par le volume de collecte du franchisé de près de 300 millions d’euros», précise Casino.

Dans le cadre du plan d’aliénation, le distributeur a pu réduire sa dette financière à 2,3 milliards d’euros en France (contre 2,7 milliards d’euros fin 2018), même si celle-ci augmentait (-4,1 milliards à -3. 4 milliards au 31 décembre 2018). Cette augmentation est liée à « l’effet net de la réorganisation des activités en Amérique latine (l’acquisition d’Éxit dans GPA (Grupo Pão de Açúcar, NDLR) par Casino, puis l’offre de GPA d’acquérir Exit) ».

Pour Clément Genelot, l’analyste en charge du dossier Bryan Garnier, ce qui ressort de cette publication n’est pas tant la finalisation du plan de vente, « pas de surprise de la formalisation de l’accord Leader Price avec Aldi », « l’absence de répétition des objectifs en France ». Cela signifie «sur le taux de croissance d’Ebit en France et la création de cash flow». Pour l’expert, la question est désormais de savoir « s’il s’agit d’un excès de prudence de la part de l’administration compte tenu du manque de visibilité pendant la crise ou s’il s’agit d’habitudes de consommation en captivité ». en fin de compte, ils ne font pas pression sur la marge du Casino (c’est-à-dire une utilisation accrue des canaux de distribution de commerce électronique à affinement des marges, une baisse des ventes de produits non alimentaires dans les hypermarchés, ou même une moindre contribution des textiles chez Monoprix). « 

Quentin Soubranne – © 2020 BFM Course

Suivez-vous cette action?

Obtenez toutes les informations sur CASINO GUICHARD à temps
dit:





0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *