Vous souhaitez également économiser sur le coût total de votre prêt immobilier ?
Depuis quelques années, le rachat de prêt immobilier est devenu un allié de poids dans la lutte pour la hausse de votre pouvoir d’achat. En effet, renégocier votre prêt immobilier peut vous faire économiser jusqu’à plusieurs dizaines de milliers d’euros sur le coût total de votre emprunt. Encore faut-il vous y prendre au bon moment.

Calculez votre nouvelle mensualité !

 

VIDÉO

Nous effectuerons rapidement une analyse du système économique de défense mis en place contre le coronavirus. Près de 20% ou plus de l’économie est complètement ou presque complètement fermée. Si cet arrêt se poursuit sur une base mensuelle, cela signifie probablement au moinsbaisse de l’activité de 6% au deuxième trimestre. Sans compter les effets de la diffusion sur environ un tiers de l’économie. Ce n’est pas une prévision, mais la première ligne pour comprendre à quoi les banques centrales et les gouvernements sont confrontés. C’est du jamais vu en temps de paix.

Le parachute est ouvert sur papier

Face à cela, le principe qui guide la réaction des pouvoirs publics est clair et tire les leçons des erreurs passées. Le choc est transitoire. L’objectif est de maintenir les capacités de production intactes à la fin de la crise. Zéro faillite et zéro suppression d’emplois ont été essentiellement déclarés par Bruno Le Maire et Murielle Pénicaud, avec l’ajout « pour ceux qui n’ont pas de revenus, tous les frais peuvent être différés ». Le gouvernement mobilise donc plusieurs leviers:

  • 1. Le chômage partiel a simplifié et renforcé jusqu’à 4,5 fois le salaire minimum, soit 8,5 milliards d’euros sur une période de deux mois.
  • 2. Report des impôts et prestations sociales à payer en mars de 32 milliards d’euros.
  • 3. Il s’agit d’un fonds de solidarité de 2 milliards d’euros réservé à TOUS au repos, plus la possibilité de différer les charges d’eau et d’énergie.
  • 4. Il s’agit d’une garantie de 300 milliards d’euros représentant 90% de la garantie de Bpifrance sur toutes les nouvelles lignes de trésorerie.
  • 5. Il s’agit d’un retard gratuit de l’échéance bancaire de 6 mois.
  • 6. On étudie également si des capitaux devraient être levés ou nationalisés temporairement par des projets de loi sur les catastrophes majeures, en particulier les voitures, le transport aérien, pour protéger ces groupes.

Du côté de la BCE, l’objectif est de préserver la fluidité de l’offre de crédit à l’économie réelle. À travers 1) des opérations supplémentaires de facilité de crédit à long terme (TLTRO) à des conditions favorables entre juin 2020 et juin 2021 destinées aux PME et 2) des achats supplémentaires de titres de créance de sociétés et d’État pour 120 milliards d’euros d’ici la fin de 2020. , un montant complété par un nouveau programme de 750 milliards de dollars pour aider les banques à débloquer de nouveaux crédits.

Le parachute est ouvert sur papier. Les appareils seront reformatés en fonction de la durée de la crise. Les zombies avec coronavirus pourront continuer à pleine vitesse quand il sera temps de terminer le confinement, si les appareils sont de la bonne taille, ce qui est compréhensible pour les acteurs privés et opérationnels en un temps record. Sauf que nous sommes à nouveau confrontés à une crise unique, un outil complètement nouveau de la crise précédente. Et que ce ne sera pas suffisant, ni efficace.

Scénario de croissance possible L

Imaginons que les premières conditions soient réunies … Des appareils de la bonne taille, compréhensibles et opérationnels en un temps record. Ça ne marche pas. Les entreprises sont aujourd’hui dans l’ignorance de l’application du travail à court terme sous leurs nouvelles formes. Et dans les secteurs les plus vulnérables, l’hôtellerie et l’hôtellerie ou le commerce, du personnel précaire a déjà été licencié. Quant à la BCE, à ce stade elle vient d’être totalement exclue du point de vue de la taille. L’achat d’actifs d’une valeur de 120 milliards d’euros représente 1% du PIB de la zone euro. C’est presque ridicule (la BCE a également annoncé d’énormes mesures supplémentaires depuis) ​​quant à l’hypothèse de croissance qui sous-tend ses opérations: 0,8% pour 2020, contre 1,1% estimé en décembre dernier pour la zone euro … La BCE a expliqué que ses prévisions de croissance de 0,8% pour 2020 ne tiennent pas compte des effets de la crise des coronavirus, où le risque de schiste atteint 5 à 10 points de PIB.

Cependant, imaginez que le parachute fonctionne et que la plupart de ses capacités soient préservées. Quel est « après » cette infusion. Il s’agit de dettes significativement plus élevées au sein des entreprises. Ce sont des dettes fiscales et sociales en cours qui doivent être payées en phase (même si le gouvernement est prêt à annuler ces dettes au cas où). Ce sont des entreprises qui doivent restituer leur trésorerie. C’est un pays qui, comme d’habitude, a repris les pertes du secteur privé et a été interdit en 2010 de liquider ses dettes. Bref, c’est un scénario de croissance en L, où le fardeau du choc passe par l’épargne à nouveau et est réparti à moyen terme par les contribuables et les salariés. C’est une leçon de 2008. Ce qui nous dit simplement que le QE peut être efficace pour sauver le canal bancaire mais inefficace pour sauver l’économie réelle.

Pour éviter cela, il n’y a qu’une seule arme. Élaborer des principes de conduite de l’action publique. Ce que nous faisons aujourd’hui permet d’économiser des meubles à court terme – c’est déjà bien – mais cela menace l’avenir. Le golfe du taux zéro, qui pouvait être utilisé pour financer la transition écologique et numérique, n’a été consacré que 10 ans pour sauver le vieux monde à l’agonie. C’est un terrible gaspillage. Un changement de principe signifie zéro destruction des capacités et zéro dette supplémentaire héritée de cette crise. On l’appelle «hélicoptère-argent» ou «argent sans pilote» pour utiliser la terminologie de Jézabel Couppey Soubeyran. Financement transitoire en argent direct par des agents privés et publics sans créer de dette en retour, ce qui contourne le canal bancaire. La seule conséquence est la détérioration du bilan de la banque centrale, mais le rétablissement de sa crédibilité, qui a commencé depuis le mascara du 12 mars …

Donc, oui, le scénario V redevient possible.

>> Plus de vidéos sur Xerfi Canal, le courtage du monde économique




0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *